Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Lundi 10 février à 17h30, une centaine d'agents s'est réunie à l’Hôtel de Ville pour soutenir la démarche de la CFDT visant à donner la parole aux candidats à la Mairie de CAEN par un questionnaire sur la gouvernance des personnels et les objectifs de service public. Les candidats non présents ce soir-là vont être contactés. Les réponses seront communiquées telles que aux agents et à la presse, sans commentaire ni remarque de notre part, de même que les non-réponses. Il n'est pas question d'interférer dans la liberté de choix.

Pour la CFDT, il s'est agi essentiellement d'un moyen d'alerter l'opinion publique et les élus de demain sur les conditions de travail qui se dégradent dans la territoriale, manœuvre qui se place en dehors de toute école et mouvance politiques. Il n'est donc pas nécessaire de nous renvoyer à la Charte d'Amiens(*) quant à notre action !

La majorité des agents présents était des femmes travaillant dans les écoles, dans les services d'aide et de soins à domicile, dans les EHPA et les crèches et quelques cadres sous pression. Ce n'est pas anodin car ces professionnelles sont les plus touchées par les maladies professionnelles, la fatigabilité croissante, résultant des métiers mais aussi de manque de budget pour l'embauche et le remplacement. Au final, ce qu'elles devraient faire à 3 ou 4 est de plus en plus souvent fait à 1 ou 2. A force de résignation, beaucoup d’agents ne sont pas venus. C'est là le plus inquiétant.

A l'heure où nos compatriotes et les médias se convainquent de la cherté du service public comme seule raison de la fiscalité croissante, la CFDT tient à réagir pour remettre les pendules à l'heure. Posons-nous les bonnes questions.

Quel français n'a pas regretté de voir disparaître les gestions en régie publique, comme les services des eaux, les transports, la poste, les réseaux de télécommunication, les ordures ménagères... La qualité et la proximité des services sont-elles encore au rendez-vous ? La libre concurrence a-t-elle fait baisser les coûts ? Aujourd'hui, pensez-vous vraiment pouvoir vous passer de l'école publique, des crèches, des établissements publics d'hébergements pour personnes âgées ou dépendantes (beaucoup moins onéreux que les établissements privés), des services publics d'aide et de soins à la personne, de l'aide sociale, de l'entretien des voiries, des espaces verts, des bâtiments et monuments, de l’accès aux arts, aux loisirs et à la culture etc. ?

Nos revendications portent sur les conditions de travail, pas sur le salaire pourtant souvent inférieur au SMIC  et beaucoup de temps non complet.  Ces agents de la territoriale doivent-ils payer le lourd tribut du "ras-le-bol fiscal" ? Leur salaire n’a pas évolué depuis plus de 4 ans. Ils font toujours plus avec moins et leur pouvoir d'achat est au moins autant en berne que celui de beaucoup de français, si ce n'est plus pour aux moins 50% d'entre eux.

Les abus révélés par les médias font au final le procès de tous les fonctionnaires et avec lui, celui du service public. Ils doivent être dénoncés certes, et punis surtout, mais ils sont à la marge et très loin de correspondre à la réalité de la majorité des agents qui s'engagent aux services des populations.

Lorsque des choix politiques de réorientations, réorganisations, mutualisations et réformes se mettent en place pour envisager une meilleure gestion, ils doivent se réaliser avec un véritable dialogue social de proximité et un accompagnement des personnels et des mobilités.

Les partenaires sociaux sont incontournables pour coopérer à construire l'avenir et pour éviter les situations inacceptables. La CFDT, 1ère force syndicale en Basse Normandie, entend précisément tenir toute sa place dans ces espaces de dialogue là !                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      La CFDT.

(*) Marquant la fin du syndicalisme révolutionnaire, la Charte d’Amiens (1906) assigna au syndicalisme un double objectif et une exigence : la défense des revendications immédiates et quotidiennes, et la lutte pour une transformation d'ensemble de la société en toute indépendance des partis politiques et de l'État

COMMUNIQUE DE PRESSE
Tag(s) : #INFO CAEN

Partager cet article

Repost 0